Mercure

Le messager ailé  

 

Mercure est la planète la plus proche du Soleil et elle est la huitième en grosseur. Mercure a un diamètre plus petit que Ganymède et Titan mais elle est plus massive que ces deux lunes.

        orbite:   57 910 000 Km (0.38 AU) du Soleil
        diamètre: 4 878 Km
        masse:    3.30e23 kg

Mercure provient de la mythologie romaine. Il est le dieu du commerce, du voyage et est le patron des voleurs. Il est identifié au dieu grec Hermès, le messager des dieux. La planète a probablement été nommée ainsi parce qu'elle se déplace rapidement dans le ciel.

Mercure est connue depuis au moins le temps des Sumériens (3ième millénaire av. J.-C.). Les Grecs lui ont donné deux noms: Apollo lorsqu'elle apparaissait comme une étoile du soir et Hermès lorsqu'elle apparaissait comme une étoile du matin mais les astronomes Grecs savaient que les deux noms faisaient référence au même corps céleste. Héraclite croyait même que Mercure et Vénus étaient en orbite autour du Soleil mais que ce n'était pas le cas pour la Terre.

Mercure a été visitée par un seul vaisseau spatial, la sonde Mariner 10. Elle a survolé la planète trois fois entre 1973 et 1974. Seulement 45% de sa surface fut cartographiée.

L'orbite de Mercure est très excentrique; la distance de Mercure au Soleil est de seulement 46 millions de kilomètres à la périhélie alors qu'à l'aphélie la distance est de 70 millions de kilomètres. L'avance du périhélie autour du Soleil est très lente. Les astronomes du 19ième siècle ont observé les paramètres de l'orbite de Mercure avec beaucoup de précision mais ne pouvaient les expliquer avec la mécanique Newtonienne. Les différences entre les valeurs observées et les prédictions étaient faibles mais sont demeurées un problème agaçant durant plusieurs décennies. L'hypothèse qui fut émise c'est qu'une autre planète (parfois appelée Vulcain) serait en orbite près de Mercure et qui pourrait expliquer les anomalies. La réponse fut plus dramatique encore: c'est la théorie de la relativité générale d'Einstein! Cette théorie prédit correctement l'orbite de Mercure et ce fut un facteur important pour son acceptation.

Jusqu'en 1962 l'on pensait que la "journée" de Mercure était de la même longueur que son "année" de sorte qu'elle présenterait toujours la même face au Soleil comme le fait la Lune avec la Terre. Mais l'inverse a été démontré en 1965 avec des observations au radar doppler. L'on sait maintenant que Mercure tourne trois fois sur son axe à toutes les deux années. Mercure est le seul corps céleste du système solaire à avoir une    Mercure est semblable à la Lune en plusieurs points: sa surface est vieille; est aussi cratérisée que celle de la Lune, Mercure est dépourvue d'atmosphère et ne possède aucune plaque tectonique. Mais d'un autre côté, Mercure est beaucoup plus dense que la Lune (5.43 gm/cm3 vs 3.34), elle est la deuxième planète céleste la plus dense après la Terre. En fait la densité de la Terre est en partie due à la compression gravitationnelle sans laquelle Mercure serait plus dense que la Terre. Ceci indique que le noyau de fer de Mercure est proportionnellement plus gros que celui de la Terre et probablement ceux des autres planètes. On en déduit que Mercure a un manteau et une croûte de silicate relativement mince.

L'intérieur de Mercure est dominé par un gros noyau de fer de 1800 à 1900 Km de rayon. La couche extérieure (analogue au manteau et la croûte de la Terre) n'est que 500 à 600 Km d'épaisseur. Il est probable qu'une partie du noyau soit en fusion.

La surface de Mercure possède des escarpements énormes, certains sont des centaines de kilomètres de longueur et jusqu'à trois kilomètres en hauteur. Certains escarpements coupent des cratères et des cirques indiquant qu'il se sont formés par compression. L'on estime que l'aire de la surface de Mercure a rapetissé d'environ 0.1% (ou une diminution de 1 Km du rayon de la planète).

L'une des plus grandes structures à la surface de Mercure est Caloris Planitia (le "bassin des chaleurs" (à droite)) qui a un diamètre d'environ 1300 km. On le croit similaire aux bassins (mers) sur la Lune. Comme les bassins lunaires, il a fort probablement été créé par un gros impact au début de l'histoire du système solaire. Ce même impact est probablement aussi responsable du terrain inhabituel exactement à l'opposée de la planète (à gauche).

En plus du terrain très cratérisé Mercure possède aussi des plaines relativement lisses. Certaines pourraient être le résultat d'une activité volcanique ancienne mais pourraient aussi être le résultat du dépôt d'éjections résultant d'impacts.

Il n'y a aucune preuve de volcanisme récent sur Mercure.

Tout aussi surprenant que cela puisse paraître, les observations du pôle Nord (une région qui n'avait pas été cartographiée par Mariner 10) indique la présence de glace d'eau à l'ombre protectrice de quelques cratères.

Mercure possède un faible champ magnétique dont la force est d'environ 1% celui de la Terre.

Mercure ne possède aucun satellite connu.

Mercure est souvent visible avec des jumelles ou même à l'oeil nu, mais elle reste toujours près du Soleil ce qui la rend difficile à voir au crépuscule. Les cartes cherche planètes de Mike Harvey montrent la position actuelle de Mercure (et des autres planètes) dans le ciel. Des cartes plus détaillées et personnalisées à l'aide de logiciels d'astronomie tel que Starry Night.

Plus au sujet de Mercure

Questions en suspens


Contents ... Soleil ... Mercure ... Vénus ... Data Host


Bill Arnett; dernière mise à jour: 5 février 1997
 


Retour